31/08/2005

 LA CULTURE DES TOMATES EN POTS

LA CULTURE DE TOMATES EN POTS

Si vous ne disposez pas de jardin mais d’une terrasse bien exposée, la culture de tomates en pots donne de bons résultats
Chaque année, avec une vingtaine de plants, je récolte à peu près 80kg de tomates.
Le surplus de tomates est conditionné en bocaux de tomates pelées, j'en ai pour toute l'année

Tomates en pots

Le semis est fait sous serre au début du mois de Mars. Cela peut être une petite serre de 40cm que l'on trouve dans la plupart des centres de jardinage.
Lorsque les plants atteignent 5 à 6 cm, je les mets en place dans des pots individuels de 6 à 7 cm jusqu'à ce qu'ils atteignent 20 à 25 cm.
Je les rempote alors à nouveau dans des pots de plus ou moins 20 cm jusqu'à ce qu'ils atteignent 30 à 40cm.
A nouveau rempotage dans les pots définitifs de 30-35cm.
Ils sont alors attachés à des tuteurs en bambou.
Depuis le premier rempotage, j'arrose une fois sur deux avec un engrais liquide spécial tomates. Elles ne doivent jamais manquer d'eau.
Préventivement, il faut traiter contre le mildiou.
J'élimine régulièrement les rejets à la base des feuilles, et ne conserve que trois étages de fleurs par plant.
Lorsque les tomates ont déjà bien grossi, j’aère les plants en éliminant certaines feuilles pour laisser passer plus de lumière.

Tomates

Le résultat: de bonnes grosses tomates remplies de bonne chaire et dont le goût n’a rien à voir avec les tomates du commerce.

C’est le moment idéal pour faire du bon potage de tomates fraîches.

Méthode de conservation des tomates pelées.

1°) Faire bouillir de l'eau dans une casserole.
Trempez y quelques secondes les tomates afin de pouvoir les peler facilement.
2°) Faire du jus de tomate à l’aide d'une centrifugeuse et le faire bouillir.
3°) Remplir des bocaux en verre avec les tomates pelées et couvrir avec le jus de tomate. Ajoutez à chaque bocal, une cuillère à café de jus de citron par litre de tomate. Fermez ensuite convenablement les bocaux.

Tomates pelées

4°) Il faut enfin pasteuriser les bocaux.
Pour cela, il faut faire bouillir une grande casserole avec de l'eau, une fois à ébullition, disposez les bocaux dans l'eau pendant plus ou moins trente minutes à feu doux.
Personnellement, j’utilise des bocaux de 1 litres, cela me permet d'en mettre 4 dans une casserole.


13:51 Écrit par plantomaniac | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |

19/08/2005

 LES ENVAHISSEURS:Les Fourmis.

LES ENVAHISSEURS : LES FOURMIS

David Vincent les a vues, les Fourmis !

Débarqués d’on ne sais où, peut-être d’une autre planète, ayant résistés au temps et aux catastrophes, ces petits insectes très organisés et dont l’intelligence n’est plus à prouver sont souvent la cause de nuisances lorsqu’ils décident d’envahir nos maisons en quête de diverses sucreries.

Ciel

Certaines espèces Africaines pouvant même devenir mortelles pour tous ceux se trouvant sur leur chemin lorsque l’on ne sait pour quelle raison des colonnes entières se mettent en route comme un rouleau compresseur. Il s’agit ici de la Marabunta, dont les cinéastes se sont empressés d’en faire les héroïnes de film catastrophe.

Toutes espèces confondues, elles sont omniprésentes sur toute la planète, et s’en débarrasser n’est pas chose facile. En tout cas, une chose est sure, heureusement que nous ne vivons pas à la même échelle, elles nous domineraient sans problèmes et seraient les maîtres du monde.

Pour ce qui est des fourmis que nous côtoyons généralement dans nos jardins, les observer peut nous apporter certaines indications concernant nos plantes.

Qui n’a jamais observé la présence de ces chers petits insectes dans l’une ou l’autre plante de son jardin ?

Elles ne sont généralement pas là pour le plaisir de l’escalade, les mots détente et hobby ne font pas partie de leur dictionnaire, seul le travail et l’intérêt de la communauté comptent.

Comme l’être Humain, elles pratiquent l’élevage, et soignent leurs troupeaux mieux que nous.

Lorsqu’elles sont présentes dans nos plantes, c’est pour y pratiquer l’élevage de parasites dont elles récoltent le miellat dont elles raffolent. Jusqu’ à maintenant, j’ai déjà pu constater l’élevage de Pucerons et de Cochenilles. Ce qu’ il faut savoir, c’ est qu’ elles ne se contentent pas d’ entretenir des souches déjà présentes, mais elles dispersent le parasite dans toutes les parties de la plante, et si l’ on y prend garde, celle-ci sera détruite plus rapidement suite à l’ intervention des fourmis.Il n’ y a donc pas une seconde à perdre, dès que vous constater la présence des fourmis, il faut identifier le parasite et traiter en conséquence. En suivant la colonne de fourmis, vous pourrez généralement découvrir une des entrées du nid qu’il faudra essayer de détruire, sans quoi, elles ensemenceront d’autres plantes.


18:38 Écrit par plantomaniac | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/08/2005

 CITRUS LIMON: LE CITRONNIER

CITRUS LIMON : Le Citronnier

A l’origine, le Citronnier est probablement un hybride naturel entre le Cédrat (Citrus medica) et la Lime (Citrus aurantifolia), originaire d’Inde et d’Indochine.

Citronnier

Ce sont de petits arbres qui peuvent atteindre 6m de hauteur en pleine terre.

Selon les variétés, certaines branches peuvent parfois être couvertes d’épines parfois assez importantes.

Les feuilles, souvent rougeâtres au départ, deviennent ensuite vertes foncée sur le dessus, et plus claires sur le dessous. Elles sont généralement larges sur un petit pétiole.

La floraison blanche, qui se teinte également de pourpre à l’extérieur, dégage, comme tous les agrumes un parfum très fort et agréable. Dans des conditions climatiques favorables, la floraison peut se répéter plusieurs fois sur l’année, de telle sorte qu’il n’est pas rare de voir sur un Citronnier, en même temps, les fleurs, les petits fruits, et les fruits murs. C’est pourquoi, les espèces très remontantes sont en général appelées : Citronniers des quatre saisons.

L’arbre est très vigoureux, sa croissance est rapide et vigoureuse.

CULTURE :

°° Le Citronnier produisant des fruits pratiquement toute l’année, est assez sensible au froid, il peut

supporter des gelées nocturnes de -1 à -2°C, mais il perd toutes ces feuilles lorsque les

températures atteignent -4 à-5°C, ce qui ne veut pas dire la mort de la plante.

Il faut alors le mettre hors gel, rabattre les branches et éviter de trop l’arroser.

°° Il faut pouvoir disposer d’une pièce peu chauffée et bien éclairée, pour l’Hivernage.

La température idéale se situe autour des 10°C. C’est souvent au moment ou on les rentre pour

L’Hiver que surviennent les problèmes de chute des feuilles.

Pour plus d’information à ce sujet, voir l’article de Plantomania :

« LES AGRUMES : La chute des feuilles »

http://plantomania.skynetblogs.be/?date=20050222#948153

°° La culture du Citronnier toute l’année en appartement est à proscrire, il ne supporte pas

l’atmosphère sèche et confinée de nos intérieurs, surtout l’Hiver.

°° Comme il pousse très vite, il faut régulièrement tailler ses rameaux pour lui donner une forme

compacte (forme en boule), taillez plusieurs fois sur l’année.

°° Il doit pouvoir être disposé en plein air à partir du mois de Mai jusqu’au mois d’Octobre. Il faut

lui choisir une exposition ensoleillée et abritée des vents violents, l’idéal est une exposition

Sud-Ouest.

°° L’arrosage doit être fréquent durant la belle saison, il ne doit jamais manquer d’eau. Il faut aussi

éviter de le laisser dans une soucoupe pleine d’eau, le manque d’Oxygène est fatal aux racines.

L’idéal est de disposer une couche de billes d’Argex dans le fond de la soucoupe.

En Hiver, veiller juste à maintenir la motte légèrement humide et laisser sécher la surface sur 1 à 2 cm entre les arrosages.

°° Le Citronnier est l’Agrume le plus exigeant en fertilisation.

Il existe plusieurs solutions, soit un apport d’engrais liquide spécifique à chaque arrosage pendant la période de végétation, soit l’incorporation en surface d’un engrais composé dont les valeurs sont supérieures à 10. Exemple : NPK : 15-15-15.

Evitez l’apport d’engrais en période de forte chaleur et sur des plantes assoiffées.

°° Le Citronnier est sensible aux Chloroses, la pulvérisation d’engrais foliaires et de chélate de fer est parfois nécessaire pour redonner couleur au feuillage et vigueur à l’arbre.

°°La meilleure période pour le rempotage est la période de croissance.

Le mélange conseillé pour le rempotage est de 60% de terreau, 20% de terre de jardin, 10% de sable et 10% de matière organique (fumier, paille).

Dans le fond du pot, il faut pouvoir disposer une couche drainant, l’argex ou la le gravier volcanique sont de bonnes matières. Cette couche doit couvrir environ ¼ du pot. Au dessus, disposez une couche de bidim.

MULTIPLICATION :

La multiplication se fait par semis, bouturage, marcottage ou greffage (Meilleurs résultats).

OU TROUVER LES AGRUMES

Se référer à l’article de Plantomania : Les Agrumes : ou les trouver ?

http://plantomania.skynetblogs.be/?date=20050209#913387

14:11 Écrit par plantomaniac | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook |